Imprimer
PDF

« Rassembler autour de mêmes valeurs », Pierre Cléaz candidat Pcf sur Arcachon

Article paru dans Sud-Ouest

 

« Rassembler autour de mêmes valeurs »

Pierre Cléaz sera le candidat du PCF aux côtés d'Annie Mussaute : « L'occasion d'être le porte-parole de tous ceux qui veulent enfin être entendus », dit-il.

 

 Pierre Cléaz est le candidat du Parti communiste sur le canton-commune d'Arcachon.  PHOTO C. R.

Pierre Cléaz est le candidat du Parti communiste sur le canton-commune d'Arcachon. PHOTO C. R.

 

On ne présente plus Pierre Cléaz sur le canton-commune d'Arcachon. Enfant du pays, cet artisan plombier âgé de 55 ans fut conseiller municipal d'opposition de 1996 à 2001. Et membre du Parti communiste français depuis toujours : « Je ne suis pas un professionnel de la politique, dit-il fermement. Je ne suis pas comme certains, qui ne cherchent qu'à obtenir des sièges… »

On l'aura compris, Pierre Cléaz ne se présente ni pour la gloire, ni pour le prestige : « Ma volonté - et celle de ma suppléante Annie Mussaute, professeur des écoles et non communiste - est celle de dire les choses, telles qu'elles sont. Exprimer notre opinion, défendre des idées, et permettre à ceux qui s'interrogent de se retrouver dans ce que nous dénonçons. »

La « vraie » gauche

Déterminé, combatif, tel est l'état d'esprit de Pierre Cléaz à la veille de ces élections cantonales. « J'ai des convictions. Mon combat, c'est celui des communistes, qui représentent la ''vraie'' gauche », n'hésite-t-il pas à dire.

Il l'annonce d'ailleurs haut et fort. Et si le gouvernement de droite est l'objet de tous les maux, il n'entend pas tendre les bras ni aux socialistes, ni aux Verts. « La France a besoin d'un bon coup de gauche, comme on dit dans la boxe. Les communistes veulent construire un avenir avec les gens de gauche et non pas avec les états majors. Et si nous avons des divergences avec la droite, nous en avons aussi avec les socialistes sur bien des dossiers. Des exemples ? Le PS est contre l'allongement de la durée du travail, de 60 à 62 ans, mais il propose de faire cotiser les sala- riés trois ans de plus qu'aujourd'hui ! »

« Non à l'hôpital privé »

« Sur le Bassin, poursuit le candidat, c'est la même chose. Des élus socialistes ou Verts disent défendre le service public mais dans le même temps votent pour le nouveau Pôle de santé public privé Jean-Hameau. Or, nous sommes tout à fait opposés aux contrats publics privés qui consistent à concéder la gestion des équipements publics à des privés. Et qu'attend-on pour réfléchir à la proposition du Cobartec, sur le train- tram autour du bassin d'Arcachon et nous irons à la rencontre des usagers le 28 février prochain, dans les gares. Qu'attend-on pour défendre l'ostréiculture et la pêche, nos deux activités traditionnelles, soumises aux diktats de l'Europe ? »

Pierre Cléaz évoque aussi le projet de déplacement de l'université de la place Peyneau : « On donne tout aux promoteurs, Pierre Lataillade a raison là-dessus. Nous sommes choqués par beaucoup de choses sur cette ville canton, la gestion du port notamment. »

Cette campagne ? « Du terrain, encore du terrain, dit Pierre Cléaz. Nous allons aller au-devant des gens, les écouter et porter leurs inquiétudes. »

Le candidat communiste entend rassembler : « Aussi bien des Arcachonnais de sensibilité de droite que de gauche. Tous ceux qui se posent des questions sur la sincérité des forces politiques présentes. Cette campagne, c'est l'occasion pour eux de dire, en votant, leur mécontentement contre la politique actuelle, mais aussi d'exprimer des choix d'avenir. »

Un blog a été ouvert (arcachon.aquit.fr) et l'on peut joindre le candidat par courriel : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Citer cet article sur votre site

Pour crer un lien vers cet article sur votre site,
copiez et collez le texte ci-dessous dans votre page.




Prvisualisation :


Powered by QuoteThis © 2008

Accès presse