Imprimer
PDF

Le communiste Fabien Gay, 27 ans, fait une priorité du développement industriel et de l'emploi .

Article paru dans Sud-Ouest

 

Un jeune loup arrive

Le communiste Fabien Gay, 27 ans, fait une priorité du développement industriel et de l'emploi .

 Fabien Gay, candidat Front de gauche, et Alexandra Meynard, sa suppléante.  PHOTO D. A.

Fabien Gay, candidat Front de gauche, et Alexandra Meynard, sa suppléante. PHOTO D. A.

Pas de changement depuis que le Parti communiste a présenté ses candidats engagés aux cantonales de la rive droite, au petit détail près qu'à l'époque, leur présentation sous l'étiquette Front de gauche restait à confirmer. On retrouve donc Fabien Gay, jeune loup de 27 ans, en compagnie de sa suppléante Alexandra Meynard, une postière de 32 ans, domiciliée à Cenon. Une ville où avait vécu Fabien Gay (Palmer puis La Marègue) avant d'y revenir l'an passé avec en poche un bac +5 d'histoire. « Mes parents étaient militants syndicaux et politiques, mon père, secrétaire à l'UD, a créé par exemple la Confédération nationale du logement à Cenon », cite-t-il pour dire qu'il a de qui tenir. « Mais c'est la manif contre Le Pen, en 2002, qui m'a réveillé. » Trois ans plus tard, il rejoignait le Mouvement des jeunes communistes avec des responsabilités nationales. Aujourd'hui, il est dirigeant départemental du Parti communiste. Et il vient sur les cantonales « porter la colère et l'espoir des jeunes au Conseil général ».

Trois priorités

« Une candidature inscrite dans le climat social », évoque Fabien Gay en se référant à « la réforme sur les retraites ou encore le changement de statut de La Poste ». « Amplitude d'ouverture resserrée, fermeture de bureaux, on voit les effets sur ce service public auquel les citoyens français demeurent très attachés », clame le duo du Front de gauche.

« Notre priorité est le développement industriel pour le canton », insiste-t-il. Avec l'objectif d'obtenir la transparence sur l'usage des fonds publics destinés aux entreprises et la taxation des revenus financiers. « Les créations d'emplois ne profitent pas à la population locale », dénonce Fabien Gay citant « un taux proche de 30 % de chômage dans les quartiers populaires, touchant notamment les jeunes hommes ».

Du chômage au logement, il y a un pas qu'il s'empresse de franchir avec une idée nouvelle pour la Gironde : « Cenon sera un canton sans expulsions, autant pour les sans-papiers que les familles aux faibles revenus qui se retrouvent dehors pour avoir des loyers impayés. » Il poursuit : « Nous demanderons aux cinq conseillers municipaux (NDLR : les élus communistes de Cenon) de faire prendre des arrêtés anti-expulsions. » Demande aussi « d'obliger les bailleurs à prévoir 50 % de logements dans tous les programmes de constructions neuves ».

Fabien Gay reprend à son compte des combats menés de longue date par les communistes, telle la gratuité des transports pour les moins de 25 ans. Répétition encore de l'engagement dans « la lutte contre la réforme des collectivités territoriales ». « Est-ce bien au Conseil général de mettre 300 millions d'euros dans la LGV », dit le candidat communiste plus qu'il ne le demande.

Citer cet article sur votre site

Pour crer un lien vers cet article sur votre site,
copiez et collez le texte ci-dessous dans votre page.




Prvisualisation :


Powered by QuoteThis © 2008

Accès presse