Imprimer
PDF

Auros : C. Dubouilh entre en campagne

Partager

article paru dans Sud Ouest

Christian Dubouilh entre en campagne

Le candidat du Front de gauche aux prochaines élections cantonales entend défendre ceux « qui souffrent au quotidien ».

 

 Premier discours de campagne pour Christian Dubouilh samedi matin.  Photo o. e.

Premier discours de campagne pour Christian Dubouilh samedi matin. Photo o. e.


« Il y a ceux qui disent ''Je comprends vos souffrances et vos difficultés'', et il y a ceux qui vivent au quotidien les mêmes problèmes, les mêmes souffrances et qui ont aussi les mêmes espoirs. J'appartiens à la deuxième catégorie ». C'est ainsi que Christian Dubouilh résume le discours qu'il porte lors de sa première campagne électorale.

Non encarté, que ce soit au Parti communiste ou au Parti de gauche, Christian Dubouilh a fait le choix d'être candidat sous l'étiquette du Front de gauche. Avec sa suppléante Monique Gerlin-Cavaillols, il se bat pour « le changement face à la politique de Sarkozy et de sa bande ». « Il faut mettre l'humain avant le profit capitaliste » affirme celui qui déplore, entre autres, les petits revenus et les petites retraites du monde agricole.

Partage des richesses

Samedi matin à la salle des fêtes de Puybarban, cet habitant d'Aillas a reçu le soutien de Sophie Laulan et Liliane Baribaud, également candidates Front de gauche, respectivement dans les cantons de Villandraut et de Captieux.

Autres soutiens, ceux de Stéphane Laborde, membre du Conseil national du PCF et de Claude Mellier. Présidente des élus communistes et républicains de Gironde, celle-ci retrouvait samedi matin un terrain qu'elle connaît bien. En 2004, elle était en effet la candidate du PCF sur ce même canton d'Auros. Son discours va évidemment dans le même sens que celui de Christian Dubouilh. « Il faut aller vers un autre partage, plus juste, des richesses », affirme-t-elle.

Dans la campagne du Front de gauche, la réforme des collectivités territoriales est au cœur des débats. « Nous en demandons l'abrogation », poursuit Claude Mellier. « Pour nous qui sommes dans la proximité et dans une relation étroite avec la population, il s'agit même d'un enjeu de classe ».

Le Front de gauche organise un repas républicain, le samedi 12 février, à midi, à Aillas.

Citer cet article sur votre site

Pour crer un lien vers cet article sur votre site,
copiez et collez le texte ci-dessous dans votre page.




Prvisualisation :


Powered by QuoteThis © 2008

Accès presse